Journée internationale des droits des femmes : 5 ans d’avancées mais la vigilance reste de mise

Accueil/circonscription, Mes engagements/Journée internationale des droits des femmes : 5 ans d’avancées mais la vigilance reste de mise

Journée internationale des droits des femmes : 5 ans d’avancées mais la vigilance reste de mise

Depuis 1977, le 8 mars est la journée internationale dédiée aux droits des femmes. Partout dans le monde, de nombreuses initiatives sont organisées autour de la question de l’égalité entre les femmes et les hommes.

A l’occasion du quarantième anniversaire de cette journée, il est utile de rappeler les avancées obtenues grâce au travail conjoint du gouvernement et de la majorité socialiste à l’Assemblée nationale.

En effet, de nombreux progrès ont été accomplis : parité en politique (parité au gouvernement, instauration de l’élection en binôme paritaire aux élections départementales, doublement des pénalités pour les partis politiques en cas de non-respect de la parité pour les élections), parité dans le monde professionnel (le seuil de 30% de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises a été dépassé en 2014 faisant de la France le pays de l’UE le plus avancé en la matière, plusieurs dizaines de conventions signées avec des grandes entreprises), amélioration de l’accès à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception (prise en charge à 100% du forfait IVG, suppression de la « notion de détresse ») renforcement de la lutte contre les violences faites aux femmes (doublement des moyens consacrés à cette lutte, généralisation du téléphone grand danger).

Malgré ces avancées, beaucoup reste à faire : en politique, seuls 27% des députés et 27% des sénateurs sont des femmes, 3 femmes sur 17 sont présidentes de région et 16% des maires élus en 2014 étaient des femmes. De même, s’agissant des violences, les chiffres demeurent inquiétants : 1 femme décède tous les 2,7 jours victime de son conjoint, 1 femme est violée toutes les 8 minutes et 20% des femmes actives ont dû faire face à une situation de harcèlement sexuel au cours de leur vie professionnelle.

Conscients de ces réalités, Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes et Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international ont, cette année, choisi de réunir des nombreuses personnalités représentant les institutions et associations internationales engagées dans la défense et la promotion des droits des femmes, sur les cinq continents. Cette rencontre, clôturée par le Président de la République a été l’occasion de présenter le « Serment de Paris », un texte appelant à une remobilisation de la communauté internationale en faveur des droits des femmes.

Cette mobilisation pour les droits des femmes a également trouvé un écho dans les 3e et 10e arrondissements où plusieurs événements ont été programmés. Ainsi, LeadHer, un programme de mentorat qui s’adresse aux femmes entrepreneures a été lancé mercredi 8 mars en mairie du 10e. L’AJAM a organisé un repas partagé convivial suivi du spectacle « Les grandes amoureuses », et un débat sur l’affaire des trois militantes kurdes assassinées dans le 10e s’est tenu dans la soirée. Vendredi 10 mars, une plaque a été dévoilée Rue de la Perle dans le 3e en l’honneur d’Elisa Lemonnier qui y a ouvert la première école d’enseignement professionnel pour jeunes femmes. Au Carreau du Temple, dans la soirée, les résidentes du FIT sont montées sur scène pour nous présenter leur spectacle « Ça va ambiancer ».

Face à la montée des extrémismes et des conservatismes, face à la résurgence des discours sexistes et la persistance des violences faites aux femmes, il est impératif de rester vigilants et de poursuivre au quotidien la lutte contre toutes les formes de régressions pour les droits des femmes.

2017-03-15T18:53:45+00:00 13 mars 2017|circonscription, Mes engagements|